le peuple caché

Il y avait le peuple caché.

Le peuple caché.

Le peuple caché ne se cachait pas ; souvent, le peuple caché ne se cachait pas ; presque jamais il se cachait. Le peuple caché était simplement caché ; simplement il était caché, et c’était le peuple caché.

« Le peuple caché » est un solo pour un violon alto et une voix cachée. Mi-hypnotique, mi-rurale, la musique soutient les mots prononcés par une voix invisible, jusqu’à les engloutir. On y rencontre des bribes de rituels et de personnes cachées, des serpents et des farfadets, des comptines de pierre à la sortie des écoles de pierre.

Fondu dans le recueil éponyme d’études pour alto solo (composé et interprété par Léo Fuster), le texte du « peuple caché » est une esquisse d’étude bégayante sur les habitant-e-s des mondes invisibles, un poème musical caché dans des mots, guidant l’auditeur dans un entre-monde secret et onirique.

Durée : 45mn

Tout public

Texte et composition : Léo Fuster

Voix enregistrée : Claire de Colombel

« Le peuple caché » est une recherche, recherche multiple. Recherche sonore, qui explore la palette multicolore du violon alto et de ses modes de jeu. Recherche technique d’une écriture musicale à la fois minimale et aventureuse, à la fois scolaire et ludique. Recherche fantastique de la musique traditionnelle des peuples cachés, fantasmés ou imaginés. Recherche poétique d’une langue qui nous emmènerait à la recherche du peuple caché, sans trahir son mystère.

Télécharger le dossier de présentation

Extraits sonores :

Extrait – Le matin
Extrait – La lune et une femme personne
Extrait – Les ruisseaux
Etude du peuple caché n°3B
Etude du peuple caché n°4 partie 3
Etude du peuple caché n°5
Extrait de l’étude du peuple caché n°6
Etude du peuple caché n°3A
%d blogueurs aiment cette page :